Assainissement collectif

Le Service compte 15 stations de traitement des eaux usées réparties sur le territoire pour une capacité épuratoire de 25 000 équivalents habitants, accueillant effluents domestiques et industriels.

Le Service des Eaux dispose d’un schéma directeur regroupant 17 millions d’euros d’investissements et qui hiérarchisent les travaux à engager sur la base de critères objectifs, validés par les services de l’Etat et les partenaires financiers (Agence de l’Eau et conseil Départemental), et votés en assemblée générale.

Ce schéma prévoit des travaux sur les systèmes d’assainissement existants mais surtout des travaux pour équiper les villages qui ne sont pas équipés de réseaux d’assainissement, en respectant les zonages d’assainissement établis.

Les 5 premiers projets, pour un total de 2.6 millions d’euros sont en cours de réalisation.

Les phases étude des projets suivants ont été réalisées en 2015 et 2016, les marchés sont en cours d’attribution pour une réalisation des travaux qui démarre en Septembre 2016.

Quelques rappels des principes de l’assainissement collectif:

Le principe de base de l’assainissement collectif consiste à collecter les eaux usées (produites par les habitations agglomérées, activités artisanales ou industrielles, établissements ….) dans un réseau d’assainissement, puis à faire converger ces effluents vers une station de traitement des eaux usées. Le rôle d’une station de traitement des eaux usées est de dépolluer les eaux de façon à les rendre compatibles avec un rejet au milieu naturel.

 

 Il est primordial de souligner qu’une station de traitement des eaux usées, fonctionnant principalement grâce à des procédés biologiques, ne peut pas traiter tous types de polluants. Les produits chimiques ou autres substances potentiellement nocives devront être dirigées vers les systèmes de collecte et de traitement adaptés (déchetteries…). Ainsi le terme de « tout à l’égout » mérite de disparaître du langage courant, en le remplaçant par réseau d’assainissement.

 

Il est donc strictement interdit   de rejeter dans les canalisations d’assainissement ou de collecte d’eaux pluviales tous produits chimiques ou toxiques tels que :

Produits liés à la voiture : huile de vidange, liquide de refroidissement usagé, liquide de freins usagé

Produits de jardinage : désherbants, Engrais, Insecticides…

Privilégier le désherbage manuel ou thermique, les engrais naturels.

Produits de bricolage : peintures, vernis, colles, solvants, décapant

Utiliser des peintures à l’eau ou naturelles, préférer des produits éco-labellisés.

Produits d’entretien : détergents, détartrants, déboucheurs, désodorisants

Limiter leur usage, une action mécanique ou du matériel adapté suffisent la plupart du temps.

Les huiles de friture : Reverser l’huile usagée, une fois froide, dans son emballage d’origine et la déposer en déchetterie.

Les médicaments et les déchets médicaux : Rapporter les médicaments non utilisés et les déchets médicaux dans votre pharmacie.

 Il est aussi judicieux de souligner que les eaux pluviales ne doivent pas être raccordées au réseau d’assainissement, car outre les problèmes de débordement qui peuvent apparaître chez certains abonnés, le traitement des eaux sur la station est fortement pénalisé.  

 

 

Le cycle de l'eau et les effluents dans le réseau

 

Les 4 étapes essentielles du traitement

  • 1- Élimination des déchets facilement séparables
  • 2- Transformation de la pollution dissoute en pollution décantables
  • 3- Séparation des produits décantables et de l’eau épurée
  • 4- Stabilisation et devenir des boues

Traitement des eaux usées

  • But du traitement : Rendre les eaux traitées compatibles avec un rejet au milieu naturel (à différencier de la qualité eau potable)
  • Respect des normes de rejet
  • Production de boues nécessairement liée à l’épuration des eaux

 

Le Syndicat des Eaux